Etats Généraux de l’alimentation : propositions de Réseau CIVAM

Les CIVAM ont apporté leur contribution aux réflexions nationales dans le cadre des Etats Généraux de l’alimentation et notamment par :

  • une audition par la commission dEGAéveloppement économique de l’Assemblée Nationale : intervention de Fabrice Bouin, agriculteur dans la Manche et membre du bureau national de Réseau CIVAM  : https://www.youtube.com/watch?v=8FHvH_eU1Aw
  • la rédaction de 10 propositions  pour réussir les transitions alimentaires et agro-écologique, hiérarchisées pour agir à différents niveaux (secteur agricole, institutions, collectivités territoriales, citoyens, recherche)

les producteurs normands font découvrir leurs fermes

Les 21 et 22 avril, partez à la découverte de l’agriculture normande ! La chambre régionale d’agriculture de Normandie, Astredhor Seine-Manche et le Réseau des CIVAM normands ont le plaisir de vous présenter l’ensemble des manifestations qui marqueront le printemps dans les fermes normandes. L’occasion de découvrir la richesse et la diversité de nos productions agricoles – élevage, maraîchage, horticulture… – et de se plonger dans le quotidien peu connu de femmes et d’hommes totalement passionnés…

Les CIVAM vous donnent rendez-vous sur la ferme de Lucie et Colin, à Monchauvet ces 21 et 22 avril dans le cadre de « curieux de nature ».

Retrouvez le programme complet des opérations de fermes ouvertes dans l’ensemble de la Région !

Curieux de nature !

image curieux de nature !Les 21 et 22 avril, les agriculteurs du CIVAM du bocage virois invitent tous les amoureux de la nature à venir les rencontrer sur la ferme de Lucie et Colin à Montchauvet.

Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges. Différents partenaires nous rejoignent pour cette aventure : le conservatoire des espaces naturels vient nous faire découvrir les petites bêtes des mares (de jour mais aussi de nuit ! : ne pas oublier la lampe torche), le CPIE des collines normandes nous emmène pêcher dans le ruisseau et évaluer la qualité de l’eau, les croqueurs de pommes nous forment au greffage, le groupe ornithologique normand nous familiarise avec les oiseaux du bocage, sans parler des activités plus ludiques : réalisation d’une fresque collective avec l’artiste Marion Alexandre, création d’une œuvre éphémère à base de matériaux naturels, lecture de contes dans la caravane de l’association Carcaconte, et bien d’autres surprises !

Rendez-vous dès 19h00 le samedi 21 avril autour d’un repas partagé, en attendant la nuit tombée pour partir explorer les richesses de la ferme ! Retrouver tout le programme

Entrée libre et gratuite, restauration sur place.

« le glyphosate, bien sûr qu’on peut s’en passer … »

Jacqueline ToutainC’est ce qu’affirme Jacqueline Toutain, lorsqu’on lui demande ce qu’elle en pense. Son changement de pratiques, elle l’a engagée avec le CIVAM de la Rouvre en 2010, en lien avec le syndicat d’alimentation en eau potable de la Rouvre. La contractualisation de la Mesure Agri-Environnementale « Systèmes Fourragers Economes en Intrants », financée par l’Agence de l’Eau Seine Normandie, a rassuré Jacqueline quant à sa prise de risque et sécurisé financièrement le changement de pratiques, notamment la réduction drastique de pesticides.

A l’occasion de la discussion sur la ré-autorisation pour 10 ans de la commercialisation et l’utilisation du glyphosate dans l’Union Européenne, les CIVAM proposent 12 mesures pour sortir du glyphosate. Des agriculteurs normands, dont Jacqueline Toutain et Alain Davy témoignent de leur expérience, de la prise de conscience à la disparition pratique et technique du glyphosate sur leur ferme (retrouver leur témoignage complet) et la poursuite de leurs réflexions dans le cadre d’un groupe DEPHY.Logo Grand Ouest

Une assemblée générale qui trace les lignes du futur des CIVAM

Ce 27 avril 2017 avait lieu l’assemblée générale de la FRCIVAM Basse Normandie. Les principales questions qui se sont posées ont trait à l’avenir des CIVAM :

  • quelles priorités thématiques, quels axes de travail au regard des besoins et attentes des adhérents, du contexte agricole et rural local, … ?
  • quelle organisation, quel fonctionnement avec nos collègues hauts normands suite à l’unification de la Normandie ?
  • quel modèle économique et quels partenariats dans un environnement en constante évolution ?débat mouvant

Autant de questions que la quarantaine d’adhérents présente avait travaillé au sein de son CIVAM local et qui ont été partagées lors d’un débat mouvant …

Mandat a ainsi été donné au conseil d’administration de poursuivre la réflexion sur les modalités de rapprochement avec les Défis Ruraux, CIVAM de l’ex Haute Normandie, et de travailler à une définition conjointe du projet associatif des CIVAM normands.

Une journée riche, dense et dynamique qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir !

Pour retrouver le bilan des activités de l’année, sous forme synthétique et schématique : carte mentale de l’activité 2016 des CIVAM bas normands.

Des « Curieux de Nature » le 12 juin, à Pointel !

affiche curieux de nature 2016 à PointelLe CIVAM de la Rouvre, le CPIE des Collines normandes, l’association Environnement et Vie en Pays de Briouze, la MFR de Pointel, le centre culturel du Houlme et bien d’autres partenaires vous proposent de les retrouver le dimanche 12 juin sur le site de la MFR de Pointel pour cette 1ère édition de Curieux de nature dans l’Orne ! Après 7 années passées dans la Manche, notre rendez-vous annuel se délocalise chez les collègues du département voisin. Le principe reste le même : aller au cœur de la nature et prendre conscience de la beauté de la nature qui nous entoure.

Au programme, des balades, des expositions, des animations pour petits et grands.

Repas le midi sur réservation, préparé par la MFR de Pointel. Pour toute information , contactez la FRCIVAM au 02 31 68 80 58.

Témoignage : une journée avec le groupe du bocage virois

« J’aime pas être tout seul » (Vincent, agriculteur à St Jean Le Blanc)

Mardi 8 décembre, dix heures, nous arrivons chez Jean-Michel à St Quentin les chardonnets. J’avais proposé à Benoit de l’accompagner sur une journée de formation avec le groupe du Bocage Virois. Jean-Michel est un homme discret, très ouvert et qui sait écouter. Ce jour là, nous étions 15 autour de la table. Nous avons assisté à une magnifique journée de partage de points de vue, de construction de la pensée, d’échanges d’idées avec respect et non jugement. Pas seulement l’agriculteur mais l’homme dans son entier fut considéré dans la globalité de sa vie professionnelle et économique, de son environnement, sa vie familiale, de son lien social et de son avenir : « On n’est pas les seuls à vivre sur la terre et nous ne sommes pas les derniers, alors comment on aménage tout ça ? » dixit Jean Michel.

La diversité des personnes présentes, groupe bocage viroistant par leur production, leur âge, leur parcours donne à voir combien on s’enrichit de nos différences. Jean-Michel a du mal à abandonner la performance « c’est génétique » dit il en riant. Il a vendu sa ferme dans le sud Mayenne trop engagée dans le productivisme (vaches à 12 000L, robot de traite, …) pour faire machine arrière. « On n’vivait plus. Tu vois bien que tu es rentré dans le piège (investissements, surinvestissements, courts termes, toute la panoplie !). Alors avec ma femme on s’est dit : on a compris, faut changer ça ! ».

C’est comme ça qu’il est arrivé sur sa ferme il y a un an et demi à St Quentin. « Quand on regarde ce qui se passe dans le monde, ça ne peut plus durer ! J’ai un gamin de 20 mois, qu’es ce que je vais lui laisser ? » « Je cherche mon équilibre, pas forcément passer en bio. Pas aller trop vite » dit Jean Michel. « accepter de diminuer sa production jusqu’où, pour que ce ne soit pas anxiogène ? » lui répond François.

Beaucoup d’humilité, de loyauté, une humanité chaleureuse, une leçon d’éducation populaire belle et généreuse. Un désir d’individuation et d’autonomie chez chacun qui, on le voit bien se construit et se conforte en appui sur la réciprocité de la confiance de tous pour tous au sein du groupe.

Je voulais vous faire partager un de ces moments qui font la beauté, le bonheur et la fierté de faire partie des CIVAM. Merci à Cyril, François, Lucie, Vincent, Damien, Emmanuel, Carole, Jean-Christophe, Colin, Michel, Benoît, les deux élèves du lycée (dont je n’ai pas entendu les prénoms, excusez-moi) et Jean-Michel. Merci à vous tous pour ce que vous m’avez offert.                                                                  Jacky Letrouit

Aide exceptionnelle à l’apiculture

abeilleDans l’attente de l’ouverture de la MAEC API en 2016 et suite à l’interpellation de l’APN, la Région Basse Normandie propose aux apiculteurs une aide exceptionnelle, pour l’année 2015.

Ouverte aux apiculteurs disposant de 200 ruches au minimum, cette aide vise à pallier les difficultés économiques de la filière tout en favorisant la biodiversité par une augmentation du potentiel pollinisateur. Ce dispositif ambitionne de contribuer à maintenir un nombre de colonies d’abeille sur l’exploitation et améliorer leur répartition pour limiter la pression exercée sur la ressource et permettre une meilleure couverture du territoire.

Plus d’informations et charger le dossier : http://aides.region-basse-normandie.fr/index.php/4-europe-cooperations-reunification-agriculture-et-peche/118-mesures-agro-environnementales-et-climatiques/308-aide-exceptionnelle-de-soutien-aux-apiculteurs