Dans le bocage ornais, ensemble on va plus loin

Les CIVAM proposent aux agriculteurs du Bocage ornais à venir échanger le 18 février prochain à Dompierre sur leurs systèmes de productions, leurs questions, leurs envies, leurs besoins pour engager un changement de pratique … Cet échange s’appuiera sur le témoignage de 2 agriculteurs mayennais ayant modifié leur système pour gagner en autonomie, améliorer leurs résultats économique … en développant des systèmes basés sur l’herbe pâturée.

Les membres du CIVAM ARADEC, agricultrices et agriculteurs du bocage ornais, pourront compléter ces témoignages : ils s’appuient également sur les prairies pour améliorer leur sobriété énergétique, réduire l’usage d’intrants et l’impact sur l’environnement. Ces évolutions ont été permises par les échanges en groupe, la participation à des formations, le questionnement et la recherche de solution à plusieurs, …

ensemble on va plus loin

Des systèmes herbagers pâturants pour une plus grande autonomie alimentaire

Inpact Basse Normandie a commencé à travailler la question de l’autonomie en protéines pour être plus efficace économiquement et s’affranchir du soja OGM dans les exploitations normandes. Un outil de diagnostic protéine et économique a été développé et testé sur une quinzaine de fermes normandes. Cette expérience collective a permis de définir et conforter des techniques pour évoluer vers plus d’autonomie et faire des économies. Mais pour aller plus loin à l’échelle des exploitations agricoles et des territoires, INPACT a voulu élargir son travail aux systèmes herbagers pâturants normands.

La recherche d’autonomie est un objectif commun à bon nombre d’exploitations agricoles aujourd’hui. De plus, notre région possède un atout non négligeable, sous estimé ou peu exploité : l’herbe !
Réaliser un diagnostic global d’exploitation permet de mener une réflexion sur la réduction des charges pour tendre vers un système plus rémunérateur, plus autonome et durable, chiffrer la rentabilité de sa production, trouver des solutions pour faire évoluer son système.
Afin de présenter et diffuser le fruit de ses travaux, Inpact Basse Normandie a réalisé 2 vidéos à consulter via les liens suivants :
image inpact - pâturage

Pâtur’agenda 2014®

Dans le cadre du projet PraiFacE (faciliter les évolutions vers des systèmes herbagers économes), le Réseau agriculture durable vient de créer un nouvel outil pour les éleveurs de ruminants : le Pâtur’agenda®.

image pâtur'agendaConçu pour aider les « pâtureurs » en herbe à gérer plus facilement leur ressource herbagère, le pâtur’agenda donne aussi les principales clés pour développer si affinités un système de production plus pâturant… et moins dépendant d’intrants (aliments, engrais de synthèse, pesticides,  énergies fossiles).

 En couleurs, au format 10×16 cm, le pâtur’agenda vous suivra toute l’année dans les poches de vos vêtements de travail, que vous soyez nouveau « pâtureur », futur « pâtureur », herbager plus expérimenté.

 Plus d’infos sur http://www.agriculture-durable.org/publications/paturagenda-2014/

Intervention sur l’Agriculture Durable au lycée agricole du Robillard

Vendredi 8 novembre, il s’agissait d’introduire concrètement l’agriculture durable à des BTS PA (Production Agricole) : qu’est-ce que ça signifie au quotidien sur une ferme, quels indicateurs permettent d’évaluer les pratiques, quel impact économique, social et environnemental, … ?

Les élèves ont pu échanger à partir des données chiffrées issues de l’observatoire technico-économique du Réseau Agriculture Durable (la FRCIVAM collecte et analyse la partie bas normande des données) comparant des exploitations en agriculture durable aux données RICA, à partir des indicateurs de durabilité ou bien du film « on est passé à l’herbe ».

Le but de ce type d’intervention est de proposer des éléments d’information et de réflexion sur les différents systèmes agricoles et de bousculer certains préjugés sur l’agriculture durable.

intervention AD

Formation « Pâturage » pour les agriculteurs de l’APAD

Le 19 novembre, les éleveurs laitiers appartenant à l’Association pour la Promotion de l’Agriculture Durable se réunissaient au cours d’une journée d’échange sur la gestion du pâturage dans leurs différents systèmes. Cette journée a eu lieu près de Saint-Lô, chez le président de ce groupe CIVAM, Yvan Dubos. Tous les adhérents du groupe ont mis en place un système où l’herbe est l’alimentation principale des animaux, mais chacun a sa manière de la gérer. Le but était donc, pour ces agriculteurs, de confronter leurs pratiques en terme, par exemple, de gestion des mauvaises herbes, des stocks fourragers pour l’hiver, ou du stade optimum de passage des animaux dans une pâture. Chacun a pu partager sa méthode de travail et profiter des conseils des autres.

En fin de journée, le contenu de la prochaine journée d’échange du groupe a été défini : l’un des nouveaux adhérents s’interroge sur son exploitation et souhaiterait que le groupe puisse venir la « diagnostiquer » et l’aider dans ses choix ou orientations.

2013-11-19 APAD Pâturage

On est passé à l’herbe

Sur un ton humoristique, en donnant la parole aux vaches, « On est passé à l’herbe » raconte en 4:41 minutes les questionnements puis l’évolution d’un éleveur qui choisit d’accorder plus de place à l’herbe et au pâturage pour l’alimentation de son troupeau.

Ce film a été réalisé  par des animateurs de l’équipe PraiFacE et agriculteurs des groupes d’échanges du Réseau, avec le concours du vidéaste Gaëtan Boudoulec et du metteur en scène Patrick Cosnet.image on est passés à l'herbe

« On est passé à l’herbe » peut être utilisé lors d’animations ou de cours sur la transition vers des systèmes plus pâturants et plus autonomes. Cette évolution  constitue pour beaucoup d’éleveurs « un changement de métier » qu’il s’agit d’accompagner. C’est là une des principales missions que se donne le réseau associatif RAD-CIVAM.

PraiFacE : comprendre la démarche des « herbagers »

La réduction des intrants et la valorisation du potentiel productif de l’exploitation est au cœur de la démarche des agriculteurs du réseau Civam/Rad. Dans ces systèmes, les éleveurs de ruminants ont choisi de miser sur l’herbe pâturée comme ressource pour l’alimentation des animaux et démontré que ces systèmes sont durables (au niveau économique, social et environnemental).

Forts de ce résultat, ils ont voulu comprendre les résistances d’autres éleveurs à s’orienter vers des systèmes qui valorisent davantage l’herbe pâturée. Pour ce faire, le projet PraiFacE (Faciliter les Evolutions vers des systèmes Pâturants) a été lancé.

herbeLa première phase a permis d’avancer sur la compréhension des facteurs qui facilitent ou freinent les évolutions vers des systèmes herbagers. La deuxième phase a pour rôle de décortiquer et comprendre comment se sont produites les évolutions qui ont eu lieu chez des éleveurs en marche vers des systèmes plus herbagers. L’objectif étant de produire de nouveaux outils et de faire évoluer notre communication auprès des agriculteurs susceptibles de mieux valoriser le potentiel herbager de leur exploitation, de dépasser l’a priori d’aléatoire et d’incertitude, l’inconfort et l’appréhension de tout changement …

lire la suite et les principaux résultats de l’étude …

Assises de l’installation : entre volontarisme et résistances

Le Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt a lancé des « Assises de l’installation », fin 2012, afin de revoir les dispositifs d’aides et d’accompagnement des porteurs de projet. Ces assises se sont déclinées en région, organisés en duo par le Conseil Régional et la DRAAF par un colloque de lancement, une phase de contributions écrites et se sont clôturées par des ateliers « de concertation », les 16 et 17 mai derniers.

La FRCIVAM, en concertation avec bulleles autres membres d’Inpact Basse Normandie, a donc exprimé le souhait d’être associée aux réflexions : les enjeux de renouvellement des générations pour le maintien d’une agriculture performante et durable, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée ancrée dans les territoires nous semblent majeurs.

Plusieurs Civamistes ont donc participé à 3 des 5 ateliers de clôture (foncier, accompagnement des porteurs et public cible). Il en ressort une forte déception : le maître mot étant « simplification » pour que les contraintes administratives ne soient pas un frein à l’installation, certaines questions sont éludées (installation avec les parents puis cumul lors de la cessation sans création de nouveaux emplois, l’augmentation du prix du foncier et le surinvestissement du fait des aides, le statut lors d’installation progressive, …) et la faible représentation d’Inpact rendait difficile la défense d’une autre conception de l’agriculture et de l’installation.

Le Conseil Régional affiche une ambition d’une installation pour un départ. Il faudra également s’entendre sur le type d’agriculture que l’on souhaite voir se développer sur notre territoire. En attendant, nous avons fait remonter nos propositions à la FNCIVAM … pour un relais national …et l’élaboration d’une contribution commune portée par INPACT.

Une évolution réussie

« Après avoir suivi des études agricoles, Hubert a reproduit durant 20 ans le modèle intensif sur son exploitation… Crise de la vache folle, incidents climatiques et des problèmes sanitaires sur le troupeau auront suffi pour remettre en question les choix de système de cet éleveur…. L’entrée dans le 3ème millénaire aura été, pour Hubert, un tournant réussi dans l’évolution de son système vers l’Agriculture Durable grâce à la rencontre d’agriculteurs des CIVAM, engagés dans cette agriculture alternative »

Retrouvez le témoignage d’Hubert Coupard en cliquant ci-dessous :

témoignage d'Hubert Coupard concernant son changement de système