4 exemples d’initiatives contre le réchauffement climatique

Au-delà des discussions entre États, la COP 21 doit être l’occasion de braquer les projecteurs sur les initiatives concrètes de transition écologique, tant du côté de l’atténuation des émissions brutes de GES et de la séquestration du carbone dans les sols et les arbres, que dans la recherche de stratégies d’adaptation au changement climatique.

Depuis vingt ans déjà, des paysans sont en recherche de sobriété énergétique et sont venus naturellement à la baisse des émissions de GES sans affecter l’efficacité
économique de leur ferme. Le réseau CIVAM les soutient, les accompagne et valorise leurs initiatives.

Les efforts de l’agriculture pour lutter contre le changement climatique ne doivent pas se réduire à l’adoption d’outils technologiques au détriment d’un changement plus profond du modèle agricole et de pratiques qui ont fait preuve de leur efficacité chez les paysans du réseau CIVAM. Les actions des paysans dans ce domaine sont encore peu connues, peu soutenues. Elles devraient l’être.

Dans ce dossier de presse, quatre initiatives, exemples modestes de la variété des actions menées dans le réseau CIVAM, s’intègrent dans un projet global qui, en répondant à l’enjeu climatique, répond aussi à d’autres enjeux. Il s’agit aussi de projets ancrés territorialement – chaque initiative répond à des contextes géographiques, climatiques, sociaux bien différents – qui apportent des solutions locales à des enjeux globaux.

MAEC SPE dernières actualités …

Après une année de transition, la nouvelle programmation des MAEC débute en 2015 avec notamment les mesures systèmes polyculture élevage à dominante élevage, pour lesquelles la FRCIVAM s’est activement investie.

Pour en connaître le cahier des charges (dans sa version actuelle), chargez la note synthétique.

Pour rappel, l’animation des MAEC est gérée par un opérateur sur chaque « territoire ». Celui-ci sera votre interlocuteur privilégié si vous souhaitez contractualiser (la liste en sera jointe dès que possible).

La FRCIVAM intervient d’ailleurs en appui technique à l’opérateur, pour 2015, sur les bassins versant de la Druance et de la Souleuvre (l’opérateur étant le CPIE des Collines Normandes), la vallée du Sarthon (PNR Normandie-Maine) et le territoire du PNR du Perche.

De nombreux éléments doivent encore être affinés (calculs des IFT de référence pour les territoires, plafonnement des aides, surface à engager, … et arbitrages pour les « situations particulières »). N’hésitez donc pas à interpeller votre opérateur et/ou la FRCIVAM afin de disposer des derniers arbitrages ou faire remonter les questions relatives à l’interprétation des cahiers des charges …

Pour retrouver toutes les infos sur les MAEC en Basse Normandie : http://draaf.basse-normandie.agriculture.gouv.fr/Mise-a-jour-du-cadre-national-au

Faciliter l’évolution vers des élevages herbagers économes

En partenariat avec l’Arestitution PRAIFACEgence de l’Eau Seine Normandie, la FRCIVAM Basse Normandie et les Défis Ruraux ont organisé la restitution bas normande de l’étude le mercredi 23 avril à 14 h au lycée agricole de Vire.

Depuis 2011, le projet « PraiFacE » (Faciliter les évolutions vers des systèmes pâturants), porté par le Réseau Agriculture Durable des CIVAM, s’intéresse aux motivations et réticences des agriculteurs vis-à-vis de la prairie dans leur exploitation et aux facteurs facilitant le développement des élevages herbagers économes. 5 types d’enquêtes ont été menés auprès de 130 éleveurs, futurs éleveurs, techniciens ou acteurs des politiques de l’eau dans cinq régions du Grand Ouest. Cette étude a conduit à produire différents outils (dont le Patur’agenda, le film « on est passé à l’herbe ») pour mieux sensibiliser, former et accompagner les éleveurs vers un systèmes herbager économe, destinés aux agriculteurs, conseillers et animateurs agricoles ainsi qu’à l’ensemble des acteurs intéressé par le développement des prairies sur leur territoire. 4 restitutions de ces travaux sont organisées dans le grand ouest au printemps 2014 (voir le communiqué) .

Dans le bocage ornais, ensemble on va plus loin

Les CIVAM proposent aux agriculteurs du Bocage ornais à venir échanger le 18 février prochain à Dompierre sur leurs systèmes de productions, leurs questions, leurs envies, leurs besoins pour engager un changement de pratique … Cet échange s’appuiera sur le témoignage de 2 agriculteurs mayennais ayant modifié leur système pour gagner en autonomie, améliorer leurs résultats économique … en développant des systèmes basés sur l’herbe pâturée.

Les membres du CIVAM ARADEC, agricultrices et agriculteurs du bocage ornais, pourront compléter ces témoignages : ils s’appuient également sur les prairies pour améliorer leur sobriété énergétique, réduire l’usage d’intrants et l’impact sur l’environnement. Ces évolutions ont été permises par les échanges en groupe, la participation à des formations, le questionnement et la recherche de solution à plusieurs, …

ensemble on va plus loin

On est passé à l’herbe

Sur un ton humoristique, en donnant la parole aux vaches, « On est passé à l’herbe » raconte en 4:41 minutes les questionnements puis l’évolution d’un éleveur qui choisit d’accorder plus de place à l’herbe et au pâturage pour l’alimentation de son troupeau.

Ce film a été réalisé  par des animateurs de l’équipe PraiFacE et agriculteurs des groupes d’échanges du Réseau, avec le concours du vidéaste Gaëtan Boudoulec et du metteur en scène Patrick Cosnet.image on est passés à l'herbe

« On est passé à l’herbe » peut être utilisé lors d’animations ou de cours sur la transition vers des systèmes plus pâturants et plus autonomes. Cette évolution  constitue pour beaucoup d’éleveurs « un changement de métier » qu’il s’agit d’accompagner. C’est là une des principales missions que se donne le réseau associatif RAD-CIVAM.

PraiFacE : comprendre la démarche des « herbagers »

La réduction des intrants et la valorisation du potentiel productif de l’exploitation est au cœur de la démarche des agriculteurs du réseau Civam/Rad. Dans ces systèmes, les éleveurs de ruminants ont choisi de miser sur l’herbe pâturée comme ressource pour l’alimentation des animaux et démontré que ces systèmes sont durables (au niveau économique, social et environnemental).

Forts de ce résultat, ils ont voulu comprendre les résistances d’autres éleveurs à s’orienter vers des systèmes qui valorisent davantage l’herbe pâturée. Pour ce faire, le projet PraiFacE (Faciliter les Evolutions vers des systèmes Pâturants) a été lancé.

herbeLa première phase a permis d’avancer sur la compréhension des facteurs qui facilitent ou freinent les évolutions vers des systèmes herbagers. La deuxième phase a pour rôle de décortiquer et comprendre comment se sont produites les évolutions qui ont eu lieu chez des éleveurs en marche vers des systèmes plus herbagers. L’objectif étant de produire de nouveaux outils et de faire évoluer notre communication auprès des agriculteurs susceptibles de mieux valoriser le potentiel herbager de leur exploitation, de dépasser l’a priori d’aléatoire et d’incertitude, l’inconfort et l’appréhension de tout changement …

lire la suite et les principaux résultats de l’étude …

PAC : compromis a minima cherche mise en oeuvre ambitieuse

communiqué du Groupe PAC 2013 : Après 18 mois de négociations, les conclusions des trilogues entre le Conseil, le Parlement et la Commission Européenne confirment le manque prévisible d’ambition pour la Politique agricole commune après 2013. Les organisations du Groupe PAC 2013 estiment que les compromis de Luxembourg et de Bruxelles sont faibles et donc très décevants. Ils ne suffiront pas à rendre la PAC réellement juste, écologique et solidaire. Mais paradoxalement, étant données les marges de manoeuvre offertes, les discussions à venir sur sa mise en oeuvre au niveau national constituent l’ultime opportunité de renforcer la PAC.

lire le communiqué intégral

groupe PAC 2013

Assises de l’installation : entre volontarisme et résistances

Le Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt a lancé des « Assises de l’installation », fin 2012, afin de revoir les dispositifs d’aides et d’accompagnement des porteurs de projet. Ces assises se sont déclinées en région, organisés en duo par le Conseil Régional et la DRAAF par un colloque de lancement, une phase de contributions écrites et se sont clôturées par des ateliers « de concertation », les 16 et 17 mai derniers.

La FRCIVAM, en concertation avec bulleles autres membres d’Inpact Basse Normandie, a donc exprimé le souhait d’être associée aux réflexions : les enjeux de renouvellement des générations pour le maintien d’une agriculture performante et durable, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée ancrée dans les territoires nous semblent majeurs.

Plusieurs Civamistes ont donc participé à 3 des 5 ateliers de clôture (foncier, accompagnement des porteurs et public cible). Il en ressort une forte déception : le maître mot étant « simplification » pour que les contraintes administratives ne soient pas un frein à l’installation, certaines questions sont éludées (installation avec les parents puis cumul lors de la cessation sans création de nouveaux emplois, l’augmentation du prix du foncier et le surinvestissement du fait des aides, le statut lors d’installation progressive, …) et la faible représentation d’Inpact rendait difficile la défense d’une autre conception de l’agriculture et de l’installation.

Le Conseil Régional affiche une ambition d’une installation pour un départ. Il faudra également s’entendre sur le type d’agriculture que l’on souhaite voir se développer sur notre territoire. En attendant, nous avons fait remonter nos propositions à la FNCIVAM … pour un relais national …et l’élaboration d’une contribution commune portée par INPACT.

Une évolution réussie

« Après avoir suivi des études agricoles, Hubert a reproduit durant 20 ans le modèle intensif sur son exploitation… Crise de la vache folle, incidents climatiques et des problèmes sanitaires sur le troupeau auront suffi pour remettre en question les choix de système de cet éleveur…. L’entrée dans le 3ème millénaire aura été, pour Hubert, un tournant réussi dans l’évolution de son système vers l’Agriculture Durable grâce à la rencontre d’agriculteurs des CIVAM, engagés dans cette agriculture alternative »

Retrouvez le témoignage d’Hubert Coupard en cliquant ci-dessous :

témoignage d'Hubert Coupard concernant son changement de système

Les systèmes herbagers s’adaptent aux aléas climatiques

Suite aux conditions climatiques particulières et aux fluctuations du prix du lait, nous avons  étudié, sur ces 4 dernières années, la capacité des systèmes fourragers à base d’herbe à s’adapter : sont-ils plus sensibles aux variations climatiques ? quelles incidences au niveau économique ? quelles sont les stratégies développées par les éleveurs pour s’adapter ? Pour en savoir plus, consulter la synthèse ci-dessous …